UA-42487016-1

Revenir à Brassage amateur

Quoi !…tu fais ta bière toi-même !

DSC_0169Lorsque je discute de mon intérêt (je n’ose dire la passion) pour la bière et que la discussion dure, il arrive toujours un moment où je révèle qu’il m’arrive de fabriquer la bière que je consommerai ensuite en famille ou entre amis. A partir de là, les questions fusent sur le matériel et les procédés que j’emploie. Le brassage de la bière n’est pas mon métier, c’est un passe-temps. On est donc bien là dans ce qu’on appelle le brassage amateur.

Parmi les brasseurs amateurs, il y en a des super calés qui ont acquis une somme de connaissances digne d’un pro. Certains franchissent le pas d’ailleurs. D’autre font cela avec moins de connaissances mais certainement avec le même plaisir. Et c’est important. Certains ont du matériel évolué et des équipements nombreux, d’autres utilisent du matériel plus rudimentaires pour quelques brassins par an ou plus.

Personnellement je me classe dans la catégorie des amateurs peu éclairés qui utilisent du matériel assez simple pour réaliser, au plus, deux ou trois brassins de 20 litres par an.

Ce que je propose dans les lignes qui suivent c’est une description succincte, à travers mon exemple, du matériel, des ingrédients de base, des grandes étapes de la fabrication de la bière, de la mise en bouteille et de l’étiquetage. Vous verrez que ce n’est pas bien compliqué de se lancer dès lors que vous êtes prêts à y consacrer un peu de temps.

 

LE MATÉRIEL

Pour ma part, j’utilise du matériel que l’on peut se procurer assez facilement sur les sites Internet dédiés à la vente de matériel pour brasseurs et vinificateurs. Il en existe quelques uns dans ce domaine alors comparez les prix. Avec un budget de 80€ vous pourrez vous équiper correctement pour débuter.

brewferm-starter-kit-complete-1808-p

Un exemple de matériel de base

 

LES INGRÉDIENTS

C’est ici qu’il y a un choix à faire parmi deux grandes orientations. Soit brasser votre bière selon la méthode du « tout grain ». Dans ce cas vous achèterez l’ensemble de vos ingrédients séparément (malt, houblon,…). L’éventail de choix est large et permet de donner libre cours à sa créativité mais il demandera également du matériel supplémentaire et un certain savoir-faire.

Alors pour emprunter la voie du brassage amateur, mieux vaudra préférer le brassage à partir d’un kit.

Un kit à bière se présentent sous la forme d’une grande boîte de conserve contenant un moût concentré dans laquelle malt et houblon sont déjà « préparés ».

 

mjGkam9FGUSH54ejpXL-QYA

Kits de bière

 

Théoriquement ces kits sont suffisants pour brasser. Il contiennent également un sachet de levures. Il faudra y ajouter du sucre. Délayer tout cela dans de l’eau et le tour est joué. La mise en oeuvre est simple et rapide.

Pour ce qui me concerne avec l’expérience, si j’ai toujours comme base de brassage ce type de kit, je m’écarte largement des ingrédients préconisés : j’en ajoute, je les remplace par d’autres…bref j’arrive à créer tout de même mes propres recettes.

 

LES GRANDES ÉTAPES

Alors ici les puristes diront que je survole le sujet mais comme il s’agit d’une présentation succincte, je ne rentrerai volontairement pas dans le détail.

1 – Préparation du brassin : Il faut diluer le contenu du kit avec de l’eau chaude. Le moût concentré est très pâteux. Un réchauffage préalable du kit au bain-marie permet de liquéfier le moût. Les levures sont réactivés par ailleurs dans un verre d’eau à température ambiante. Compléter le brassin d’eau à température ambiante, de la quantité de sucre prévue dans la recette et ajouter la levure. Brassez ce mélange. C’est prêt. Simple, non ?

DSC_0132

Le brassin

 

2 – Mise en fermentation : Dans son seau muni d’un barboteur, le moût fermente à une température de 20-25°C. Le sceau gonfle sous la pression du gaz résultant de la fermentation. Le gaz en excès s’échappe par le barboteur placé au dessus du seau. A l’inverse, l’air ne rentre pas. Ça « glougloutte » quelques jours. La fermentation est terminée quand plus aucune bulle de gaz ne s’échappe du barboteur.

DSC_0133

Mise en fermentation

Voilà très rapidement les grandes étapes de la réalisation de la bière à partir d’un kit.

 

L’EMBOUTEILLAGE

Il s’agit maintenant de mettre la bière en bouteille. Pour cela vous devez disposer de bouteilles en nombre suffisant bien entendu, mais surtout propres et exemptes de résidus des boissons qu’elles contenaient si ce sont des bouteilles de récupération. Un nettoyage minutieux est de rigueur. C’est important pour limiter les risques de contamination pour la suite.

 

DSC_0146

Soutirage

Voici venu le temps de soutirer la bière. Pour une première tendance sur la bière ainsi produite, vous pouvez en profiter pour goûter votre bière encore verte.

Avant l’embouteillage, il faudra ajouter un peu de sucre à l’ensemble pour relancer une fermentation en bouteille qui participera aussi au pétillement de la future bière. Attention à bien encapsuler la bière. Il arrive si la bouteille est mal fermée que la bière soit contaminée par des bactéries entrées par là. La bière ne deviendra pas pour autant imbuvable mais elle fera alors probablement beaucoup de mousse et sera cidreuse.

DSC_0147

Matériel d’embouteillage

 

L’ÉTIQUETAGE

Opération facultative. La réalisation d’une étiquette vous permettra de parfaire la présentation de votre bière. Pour un usage domestique, vous pouvez vous accorder toutes les fantaisies et y porter les mentions que vous souhaitez (ex : date du brassage, % alcool, volume du contenant,…). Quelques minutes sur un logiciel type Word suffira pour personnaliser sa bière comme je l’ai fait pour ma dernière réalisation, ci-dessous, que je présenterai sur Bière Expérience dans plusieurs semaines lorsqu’elle aura « mûrie ». Imprimées sur du papier les étiquettes sont enduites de lait sur leur verso et apposer sur les bouteilles. Un chiffon permet d’éliminer l’excès de lait. Et ça colle !

 

DSC_0170

Collage

Encore 6 à 8 semaines de patience avant le dégustation pour laisser à la bière le temps de s’affiner.

DSC_0173

Un carton de bière « Monte-à-Regret »

 

Cette présentation non exhaustive aura certainement répondu à certaines questions que vous vous posiez sur le brassage amateur. Elle vous aura donner l’envie de brasser à votre tour. Je l’espère.

 

Gérald, administrateur de Bière Expérience

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.biere-experience.fr/bierologie/brassage-amateur/quoi-tu-fais-ta-biere-toi-meme

Laisser un commentaire